Index

    Profession

    Dans cette section, nous allons vous représenter la profession de physiothérapie. Nous esquisserons également la formation et la formation continue de ce domaine d’activités de manière schématique afin de vous donner quelques informations sur deux fondements juridiques importants: la loi sur les professions de santé et la loi fédérale sur l’aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine des hautes écoles.

    Profil de la profession

    Le profil d’une profession comprend la description de toutes les activités réalisées dans la pratique de la profession. En cela, on retrouve un lien étroit avec les rôles exercés par les professionnels. À un niveau plus abstrait, ces rôles sont définis au sein du modèle CanMEDS.

    L’adaptation du modèle de rôles CanMEDS pour la physiothérapie a été réalisée en 2009 par les hautes écoles. Les rôles suivants ont dès lors été définis pour les physiothérapeutes dans le cadre d’une formation de niveau bachelor:

    Le rôle d’expert en physiothérapie

    En tant qu’experts en physiothérapie, les physiothérapeutes exécutent des activités propres à leur profession. Ils ont en outre la responsabilité d’instaurer une gestion professionnelle au sein de leur domaine d’activités ainsi que de réaliser des jugements et de prendre des décisions en conséquence.

    Le rôle de transmetteur

    En tant que transmetteurs, les physiothérapeutes doivent établir une relation de confiance dans leur activité professionnelle et transmettre des informations ciblées.

    Un rôle de collaborateur compétent

    Les physiothérapeutes doivent travailler de manière effective au sein d’une équipe interdisciplinaire et interprofessionnelle.

    Le rôle de manager

    Les physiothérapeutes doivent gérer leurs activités de manière professionnelle, contribuer à l’effectivité de leur organisation et développer leur carrière professionnelle.

    Le rôle de défenseur de la santé

    En leur qualité de défenseurs de la santé, les physiothérapeutes doivent s’appuyer sur leur expertise de manière responsable et utiliser leur influence pour améliorer la santé et la qualité de vie des patients/clients et de la société dans son ensemble.

    Le rôle d’apprenant et d’enseignant

    En leur qualité d’apprenants et d’enseignants, les physiothérapeutes s’engagent à se former tout au long de leur vie en se fondant sur une pratique réfléchie de la profession ainsi que sur le développement, la transmission et l’utilisation de connaissances basées sur des preuves scientifiques.

    Le rôle de membre de la profession

    En tant que membres d’une profession, les physiothérapeutes s’engagent pour la santé et la qualité de vie de personnes et de la société. Ils sont tenu d’agir en respectant les normes éthiques et de veiller à leur propre santé. 

    La formation

    La Classification internationale type de l’éducation (CITE) établie par l’UNESCO permet de classifier et de catégoriser les types d’enseignement et les systèmes de formation. Elle distingue différents niveaux (levels) et est également compétente pour indiquer le niveau de formation (du meilleur niveau d’instruction) en comparaison internationale.

    En Suisse, les études de physiothérapie au niveau bachelor sont réalisées dans une Haute école spécialisée orientée vers la pratique professionnelle (voir les liens ci-dessous). Cela permet à la physiothérapie de se positionner au niveau 6 de la CITE (voir le graphique ci-dessous). Plusieurs Hautes écoles offrent par ailleurs la possibilité d’effectuer un master («formation de niveau master») suite à l’obtention du bachelor et ainsi atteindre le niveau 7 de la CITE.

    L’obtention d’un titre de docteur (PhD) est en principe également possible. Il faut toutefois le réaliser dans une Haute école universitaire en Suisse ou à l’étranger.

    Liens utiles concernant la formation des physiothérapeutes:

     
    Français
    Italien
    Allemand

    La formation continue

    Se former tout au long de sa vie est une exigence du profil de la profession de physiothérapeute. Ce que cela signifie exactement n’est pas totalement clair pour le moment. Une ordonnance devra réglementer cela.

    D’un point de vue général, il existe trois types de formation continue.

    • La formation continue formelle réalisée au sein d’un organisme de formation ou dans un centre de formation. Ce type de formation continue donne lieu à une certification. Elle est axée sur un objectif.
    • La formation continue non formelle n’est pas réalisée au sein d’un organisme de formation ou dans un centre de formation. Par ailleurs, elle ne donne pas lieu à une certification. Toutefois, elle est structurée et axée sur un objectif.
    • La formation continue informelle peut avoir lieu dans le quotidien, sur le lieu de travail voire pendant le temps libre d’un collaborateur. Elle n’est pas structurée.

    Le domaine de la physiothérapie est caractérisé par des possibilités très variées de cours de formation continue. Des groupes d’intérêt spécialisés sont actifs dans le domaine des cours. Certaines associations cantonales et régionales dispensent également des séquences intéressantes de formation continue.

    Des masters de formations continues (Master of Advanced Studies/MAS) sont proposés au niveau tertiaire du domaine de la formation continue. Des diplômes de formation continue DAS (Diploma of Advanced Studies, diplôme de 30 ECTS au minimum) et CAS (Certificate of Advanced Studies, certificat de 10 ECTS au minimum) en plus de ce niveau de master non consécutif. Normalement, l’obtention d’un MAS est également possible en cumulant plusieurs CAS ou DAS.

    Vous trouverez un aperçu de cours pertinents ici.

    La loi sur les professions de santé

    Le Parlement a adopté la nouvelle loi sur les professions de santé le 30 septembre 2016. Celle-ci réglemente également la physiothérapie.

    Dans l’intérêt du système de santé publique, l’objectif de cette loi est de promouvoir la qualité des professions de la santé dont la formation passe par les Hautes écoles. Des exigences uniformes ont été édictées au niveau national pour la formation et l’exercice de la profession. La loi règlemente notamment:

    • les compétences des diplômés ayant obtenu un bachelor en physiothérapie;
    • l’accréditation de ce cursus;
    • la reconnaissance de diplômes étrangers;
    • le registre des professions de la santé;
    • l’exercice de la profession sous la responsabilité individuelle.

    Une autorisation est nécessaire pour pratiquer la profession de physiothérapeute. Dans certains cas, elle peut être retirée ou des sanctions peuvent être engagées. Des devoirs professionnels ont été définis, par exemple en ce qui concerne la publicité, le respect du secret professionnel, l’assurance professionnelle ou la nécessité de se former tout au long de sa vie.

    La signification concrète de cela n’est pas encore claire, la loi ainsi que l’ordonnance correspondante devant encore être élaborées. Les détails pertinents de chaque ordonnance sont en cours d’élaboration depuis peu. physioswiss s’engage de manière proactive à cet endroit. Elle est représentée au sein du groupe de suivi. Les lois sur la santé au niveau cantonal doivent également encore être révisées en partie.

    La suite des événements et l’entrée en vigueur de la loi ne sont pas encore connus. La possibilité facultative de lancer un référendum n’a pas été saisie. La mise en œuvre de la loi revient dès lors au Conseil fédéral qui attend l’élaboration de l’ordonnance. physioswiss estime que la loi entrera en vigueur d’ici fin 2019 ou fin 2020.

    La loi fédérale sur l’aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine des hautes écoles

    La loi fédérale sur l’aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine des hautes écoles (LAHE) constitue un instrument important pour la coordination de la politique des hautes écoles de Suisse, pour l’assurance de la qualité, pour le financement des hautes écoles, de la répartition des tâches en particulier en ce qui concerne les domaines onéreux ainsi que pour la réglementation du financement fédéral.

    Les objectifs de la Confédération à cet égard sont les suivants:

    • créer un environnement favorable à un enseignement et à une recherche de qualité;
    • créer un espace suisse d’enseignement supérieur comprenant des types différents de hautes écoles, mais de même niveau;
    • encourager le développement des profils des hautes écoles et la concurrence entre ces dernières, notamment dans le domaine de la recherche;
    • définir une politique nationale des hautes écoles cohérente et compatible avec la politique d’encouragement de la recherche et de l’innovation de la Confédération;
    • favoriser la perméabilité et la mobilité entre les hautes écoles;
    • harmoniser la structure des études, les cycles d’études et le passage d’un cycle à l’autre ainsi que la reconnaissance mutuelle des diplômes;
    • financer les hautes écoles selon des critères uniformes et axés sur les prestations;
    • établir une coordination de la politique des hautes écoles à l’échelle nationale et une répartition des tâches dans les domaines particulièrement onéreux;
    • prévenir les distorsions de la concurrence entre les prestations de services et les offres de formation continue proposées par les institutions du domaine des hautes écoles et celles proposées par les prestataires de la formation professionnelle supérieure.
    Copyright © physioswiss 2017