Prise de position sur le physiocoach virtuel

Une assurance maladie a présenté un coach virtuel à l’occasion de la Journée du digital qui a eu lieu la semaine passée. Celui-ci est actuellement encore au stade de prototype mais il est prévu que, dans sa version définitive, il soutienne les patients dans la réalisation de leurs exercices. Selon les rapports, deux ans seront encore nécessaires avant qu’il ne puisse être opérationnel. Il n’existe dès lors à ce jour aucune donnée fiable qui permette de dire que le physiocoach virtuel fonctionne véritablement ni s’il pourra soutenir de manière adéquate des patients dans l’atteinte de leurs objectifs physiothérapeutiques. physioswiss exige également des moyens numériques qu’ils satisfassent aux critères de l’evidence-based medicine. Il est dès lors absolument dérangeant qu’une caisse maladie fasse la promotion d’un physiocoach virtuel qui se substituerait aux nombreuses prestations de la physiothérapie sur la base des coûts «élevés» de celle-ci et en ne présentant pas ce faisant de données valides sur les bénéfices qu’un tel appareil pourrait apporter. C’est d’autant plus troublant que les assureurs s’opposent depuis des années à l’intégration de positions tarifaires pour la robotique ou la téléphysiothérapie dans le catalogue de prestations de la physiothérapie. Il semble en conséquence que cette assurance maladie ait profité d’un communiqué de presse pour insinuer aux patients qu’ils ne font «pas ou mal» leurs exercices et que les coûts de la physiothérapie sont trop élevés. Nous nous opposons fermement à cette insinuation. Les physiothérapeutes réalisent chaque jour des prestations de grande qualité et chaque jour des patients s’appliquent à s’approcher de leurs objectifs – retrouver leur aptitude au travail, leur autonomie ou une vie sans douleur. Et cela constitue 2% des coûts de la santé. On est par ailleurs en droit de se demander quel est le prix du développement du physiocoach virtuel. Le saura-t-on seulement un jour. Pia Fankhauser, vice-présidente de physioswiss

Copyright © physioswiss 2018